Recherche appliquée : Des vers microscopiques cultivés à La Cité

banniere-bri-vers

L’entreprise The Environmental Factor Inc. a fait appel au Bureau de la recherche et de l’innovation de La Cité pour un projet de longue haleine qui vient franchir une étape importante.

L’entreprise située à Ajax en Ontario développe une gamme de biopesticides à haute performance utilisant des nématodes. Les nématodes sont de petits vers microscopiques que l’on retrouve dans la nature. Ils sont utilisés pour contrôler les vers blancs ravageurs tout en étant sans danger pour les humains, les animaux et les plantes.

The Environmental Factor qui vend ses produits au Canada et aux États-Unis est le seul producteur nord-américain de nématodes, mais il dépend de l’importation de l’Europe pour suffire à la demande. Au cours des dernières années, la grande utilisation de ces nématodes par les agriculteurs et la population en général a considérablement fait gonfler les ventes de la compagnie. Pour répondre à la demande, l’entreprise a approché en 2012 le centre de recherche appliquée de La Cité afin de développer un procédé artificiel de production de nématodes.

La production de nématodes est une science complexe. De l’identification des bactéries à la coculture de symbionts (une bactérie) et à la création du procédé artificiel, ce fut un beau défi pour la quinzaine de personnes de La Cité qui ont œuvré sur le projet.

Récemment, le Collège a obtenu le feu vert et du financement afin de fournir à l’entreprise un nouveau procédé de production à l’échelle de laboratoire in vitro d’une grande quantité de nématodes de qualité. En février dernier, Guylaine Therrien, assistante de recherche en charge de ce projet, s’est déplacée chez le client accompagnée d’une étudiante. Durant leur séjour de 3 jours à Ajax, elles ont effectué le transfert de la technologie à l’entreprise.

The Environmental Factor s’est montrée extrêmement satisfaite. Elle a même embauché une étudiante ayant travaillé durant deux ans sur le projet. Valérie Charbonneau sera en charge du volet de la production artificielle pour soutenir le transfert de technologie et ainsi en assurer la pérennité.

Et ce n’est pas fini! Une mise à niveau de l’échelle de production sera entreprise pour augmenter la capacité de production. Ce projet de grande envergure aura lieu de 2018 à 2020.

La collaboration a été financée par plusieurs bailleurs de fonds : les Centres d’excellence de l’Ontario par le biais du programme Bons pour l’innovation et la productivité (20 000$), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (18 000$), par FedDev Ontario (33 000$). L’entreprise a également investi dans ce projet par une contribution en espèces (22 300$).