Une resurfaceuse unique à La Cité

Une resurfaceuse unique à La Cité

Capital Property Guardians

Depuis la mi-mars, Simon Bélanger et Vincent Rochon, maintenant diplômés du programme de Technologie du génie mécanique de Collège La Cité, travaillent sur un projet de resurfaceuse unique avec l’entreprise Capital Property Guardians (CPG) basée à Gatineau.

CPG procède notamment à l’entretien de la glace du Canal Rideau. L’entreprise souhaite développer un prototype unique de machine qui effectuera le surfaçage (réparation et entretien) de la glace à l’aide de bras rétractables.

« La main-d’œuvre est plus difficile à avoir et le fait de travailler de nuit à moins trente degrés ce n’est pas évident », explique Robert Taillefer, propriétaire de l’entreprise. « Au bout de la ligne, ce qu’on veut faire avec ce projet c’est réussir à couvrir une plus grande surface de glace en moins de temps possible. De cette façon, ça laisse plus de temps de glace disponible pour patiner ou jouer au hockey. »

Simon et Vincent ont fait le design et la recherche du produit. Ils ont rencontré le client, CPG, à plusieurs reprises et sont retournés à la table à dessin. Ils ont travaillé de longues heures. « On a fait la tournée de 25 arénas de la région. On a posé des questions et pris des mesures », explique Simon.

Le projet comporte plusieurs enjeux techniques. Le nouveau modèle de resurfaceuse pourra couvrir une plus grande surface- jusqu’à 12 mètres de large avec les quatre modules déployés alors qu’une resurfaceuse classique ne peut couvrir qu’à environ 2 mètres. D’autres options ont aussi été développées. Accompagnés de leur enseignant, Sylvio Méthot, les diplômés ont pu apporter leur expertise en relevant de nombreux défis. Ils estiment avoir été bien préparés. « Dans notre programme à La Cité on apprend que rien n’est impossible et qu’il y a toujours une solution », ajoute Vincent.

CPG vise la commercialisation de cette resurfaceuse. « D’abord, on va bâtir un prototype pour cet hiver sur le canal. On va l’essayer tranquillement. C’est certain qu’on aura des ajustements à faire, mais de là, c’est d’aller chercher des gens qui vont investir dans le produit pour éventuellement bâtir ces machines-là », ajoute M.Taillefer.

Pour Simon, l’aventure continue. « En tant que finissant du programme de Technologie du génie mécanique, je vais travailler avec deux étudiants de 3e année de ce même programme et les guider. J’espère pouvoir inspirer ces étudiants qui auront l’opportunité d’acquérir de l’expérience et de développer leurs connaissances comme j’ai pu le faire vers la fin de mon séjour en tant qu’étudiant à La Cité, et même possiblement avoir une chance d’emploi dans le futur. »

Le projet a été financé par une subvention d’engagement partenarial pour les collèges du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et une contribution financière du client.