Un prototype de robot lève-vache conçu à La Cité

banniere-vache-fr-1920x750

Ferme Agriguay

Le prototype n’a rien de conventionnel. L’engin se déplace sur des chenilles et des moteurs de vélo, suffisamment puissants, lui permettant d’avancer. Sa structure en aluminium est surmontée d’un bras rétractable sur lequel est fixé un treuil et un câble relié à un harnais. C’est à l’aide de ce harnais que le client, Alexandre Castonguay de la ferme Agriguay, pourra déplacer ses vaches si elles sont incapables de se mouvoir par elles-mêmes.

Un prototype de robot lève-vache« On s’est rendus chez le client, on a pris des mesures. On est vraiment partis de zéro », explique Sylvio Méthot, professeur en Technologie du génie mécanique de La Cité. « Les défis étaient bien là; l’allée où le client devait passer était restreinte, de même que la hauteur. Il y avait aussi une légère pente. On ne voulait rien laisser au hasard, on voulait que notre véhicule passe partout. »

Le projet a débuté en juin 2018 et nécessité de nombreuses heures de recherche, de conception et d’ajustements. Quelques semaines plus tard, les résultats sont au rendez-vous alors que l’engin peut se déplacer aisément, tourner sur lui-même et soulever le poids d’une vache qui peut atteindre quelque 900 kilos.

« Ça été vraiment intéressant de travailler et de livrer un projet réel à un client », mentionne Alexis Thibault, finissant du programme de Technologie du génie mécanique qui a planché sur le prototype. « C’était vraiment bien de remettre un projet qui a rencontré les attentes du client. En plus, ça nous a permis d’apprendre de nouvelles choses tout au long du processus. »

« Ce n’est pas un travail, c’est une passion », renchérit Mario Giovanni Torlone, finissant du même programme qui a aussi travaillé sur le projet. « Quand tu aimes ce que tu fais, tu n’as pas l’impression de travailler même si tu t’y consacres pendant plusieurs heures. C’était le cas avec ce projet. »

Le client doit maintenant tester le prototype. « Ça été intéressant de collaborer avec La Cité sur ce projet », affirme Alexandre Castonguay. « Les étudiants sont compétents. Dès le départ, on pouvait voir qu’ils aiment ce qu’ils font. » Le projet a été financé par les Centres d’excellence de l’Ontario et une contribution en argent du client.